change language
vous êtes dans: home - l'amiti... pauvres - nos amis de la rue - personne...ile fixe - la temp...e la vie newslettercontactslink

Soutenez la Communauté

  

La tempête de la vie


 
version imprimable

La tempête de la vie

Parmi les sans-abri l'alcoolisme est très répandu. Le nombre de personnes qui boit et qui s'enivre est de toute évidence très élevé.

S'il n'est pas toujours facile de reconstruire l'itinéraire humain de ces personnes alcooliques, on peut néanmoins affirmer que la condition de sans-abri a un rôle de catalyseur par rapport à cette dépendance, soit contractée dans la rue, soit précédemment.

Qu'est-ce qui pousse ces gens à boire de telle manière qu'ils sont pratiquement ivres en permanence?

Le motif pour lequel ces personnes ont commencé à boire est quelquefois accidentel et très ancien. Dans d'autres cas, il s'agit d'une étape supplémentaire dans un parcours de marginalisation long et complexe. Mais la connaissance de la cause initiale, si elle est utile pour reconstruire l'itinéraire humain de ces personnes alcooliques, n'est pourtant pas suffisante pour initier une longue convalescence. Ainsi, pour eux-mêmes, la prise de conscience à elle seule des motivations initiales de leur condition, ne suffit pas à les aider à s'en sortir. Bien plus influentes et puissantes sont les causes " secondaires ", pourrait-on dire, c'est-à-dire celles, et elles sont nombreuses, découlant de la vie dans la rue.

Le froid à l'intérieur et à l'extérieur

La première de toutes les causes est le froid : dans la rue, les rigueurs de l'hiver sont parfois intolérables et souvent les sans-abri ne sont pas assez couverts pour se défendre. Boire devient presque une nécessité même si la sensation initiale de chaleur est trompeuse. C'est de cette manière qu'on explique les morts par le froid, qui malheureusement surviennent fréquemment en hiver. Il n'est pas rare de rencontrer des alcooliques dans la rue qui souffrent de malnutrition grave, incapables de tenir sur leurs jambes, non seulement par leur état d'ébriété, mais aussi par manque de force : en effet, plus on boit, moins on mange et moins on a envie de manger.

La nuit ne finit jamais

Pour ceux qui dorment dans la rue, avoir sommeil n'est pas chose facile : les lieux dans lesquels les sans-abri se protègent la nuit, outre le fait de manquer de toutes les commodités, sont également très bruyants. Après avoir bu, le sommeil devient pesant jusqu'au point de ne plus sentir ni le froid, ni la position inconfortable, ni le bruit ambiant.

Solitude ennemie

L'ennemi le plus important de celui qui vit dans la rue est la solitude. Des journées entières passées dans la ville au milieu de centaines de personnes, mais néanmoins seul. Dans la solitude, le poids des souvenirs, la préoccupation du moment présent et du futur deviennent sans cesse plus pesants : le seul moyen de fuir est de s'étourdir en espérant pouvoir oublier. Au froid, à la faim, et à la solitude, s'ajoute souvent la honte de sa propre condition.

L'alcool transforme la vie de ces personnes non seulement d'un point de vue objectif, mais en transforme également le caractère, les états d'âme, et conditionne leur vie en leur donnant le sentiment de ne plus être maître de leur propre vie. Ce point n'est pas perçu sans souffrance parce que c'est un cercle vicieux qui s'auto-alimente.

Il s'agit souvent de personnes plus très jeunes qui ont traversé des moments de crise dans leur vie, probablement franchissables si elles avaient pu disposer du soutien nécessaire, et qui ont au contraire ainsi débuté un parcours progressif et irréversible d'exclusion de la société. On ne devient pas alcoolique en un jour, et plus l'habitude de boire se prolonge dans le temps, plus il est difficile d'en sortir.

Pour qui vivre?

Le désir d'une vie " normale " ne s'éteint pourtant pas chez ces personnes, mais leur statut présent leur fait apparaître ce désir comme un rêve irréalisable. Leur existence oscille souvent entre le désir de changer de vie et la peur de ne pas réussir à repartir de zéro.

A quoi sert-il de s'arrêter de boire si par la suite la vie continue comme toujours, sans maison, sans travail ? Pourquoi recommencer ? Il faut peut-être se demander pour quoi et pour qui ils auraient la motivation de s'arrêter : pas pour leur famille qui quelquefois n'existe pas ou dans laquelle a grandi une blessure inguérissable ou un mur infranchissable; pas non plus pour leurs amis qu'ils n'ont pas ; pas pour leurs propres capacités professionnelles qui se sont souvent perdues en même temps que la santé ou qui n'ont jamais été acquises. La plupart du temps ce n'est pas le désir de s'arrêter qui manque, mais les motivations pour le faire.

Ce problème est intimement lié au à la qualité de vie des ces personnes alcooliques : elles manquent souvent de tout d'un point de vue matériel. Un toit, la possibilité de réacquérir des rythmes et des habitudes régulières, de retrouver une stabilité et une sécurité matérielle dans la vie quotidienne, sont des conditions indispensables pour permettre une réinsertion. Mais la qualité de la vie est aussi créée par un tissus de rapports humains, de relations sociales, d'intérêts, d'attentes. Ces liens que crée l'insertion dans la vie sociale, sont souvent détruits, pour les alcooliques et les sans-abri, par des années d'isolement et de marginalisation. Il n'est pas possible de parler de réinsertion sans reconstruire ce tissu.

La vie suspendue à un fil

La vie de ces personnes est en outre suspendue à un fil : l'alcoolisme est de fait, tout comme les maladies qui en découlent et les accidents provoqués par l'ébriété, une des causes principales de mort en ce qui concerne les sans-abri.

MEDIAGALLERY

Nos amis de la rue


 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
30 Janvier 2018
PARIS, FRANCE

Bienvenue ! L'arrivée à Paris de 40 réfugiés syriens par les couloirs humanitaires ouverts en France

IT | ES | DE | FR | CA | ID
22 Décembre 2017
NAKURU, KENYA

Dans certaines régions du monde, l'eau est le plus beau cadeau de Noël : un réservoir pour les détenues de Nakuru au Kenya

IT | ES | DE | FR | PT | CA | NL
25 Novembre 2017
PARIS, FRANCE

Nouvelles arrivées en France par les #couloirshumanitaires! Accueil de cinq familles venues de Syrie

IT | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
22 Novembre 2017

En Hongrie, avec les enfants réfugiés

IT | ES | FR
14 Août 2017
MAROUA, CAMEROUN

Apprendre à lire et à écrire en prison : la liberté commence ici

IT | ES | DE | FR
11 Août 2017
VENTIMIGLIA, ITALIE

L'école de langue avec les migrants à Vintimille pour commencer une nouvelle vie en Europe

IT | FR
toutes les nouvelles
• DE PRESSE
13 Mars 2018
RP ONLINE

Flucht, Abi, Studium

15 Février 2018
La Nazione

Un pasto per chi non ha nulla. Ecco come si può dare una mano

8 Février 2018
SIR

Migrazioni: Pompei (Comunità Sant’Egidio), “nuove modalità di ingresso in Italia più flessibili ed efficienti”

5 Février 2018
SIR

Immigrazione: Comunità Sant’Egidio, oggi anche la ministra Fedeli alla consegna dei diplomi per mediatori interculturali

15 Janvier 2018
Corriere della Sera

Andrea Riccardi. Francesco traccia la differenza tra immigrazione e invasione

2 Janvier 2018
Il Messaggero - ed. Civitavecchia

La comunità di Sant'Egidio offre il pranzo ai detenuti

toute la revue de presse
• DOCUMENTS
Comunità di Sant'Egidio

Cinque proposte sull’immigrazione

Appello al Parlamento ungherese sui profughi e i minori richiedenti asilo

La Comunità di Sant'Egidio e i poveri in Liguria - report 2015

Corso di Alta Formazione professionale per Mediatori europei per l’intercultura e la coesione sociale

Sintesi, Rapporti, Numeri e dati sulle persone senza dimora a Roma nel 2015

Le persone senza dimora a Roma

tous les documents

PHOTOS

1410 visites

1386 visites

1401 visites

1441 visites

1325 visites
tous les médias associés