change language
you are in: home - ecumenis...dialogue - internat...or peace - world me... to hope newslettercontact uslink

Support the Community

  

Let us help Rohingya refugees in Bangladesh

The Community of Sant'Egidio launches a fundraising campaign to send humanitarian aid to the refugee camps in Bangladesh, in collaboration with the local Church

Christmas Lunch with the poor: let's prepare a table table that reaches the whole world

The book "The Christmas Lunch" available online for free. DOWNLOAD! And prepare Christmas with the poor


 
printable version
October 1 2013 09:30 | Hall of Dante’s House

Villes malades et périphérie existentielles


Patrick Balemba


Community of Sant’Egidio, DRC

Je remercie la Communauté pour cette opportunité qui m’est offerte de contribuer aux échanges de ces jours. Je voudrais apporter en particulier une vision qui vient de l’Afrique, des villes africaines, de leurs maladies et leurs périphéries. Je remercie Mgr SEPPE pour son introduction claire au sujet.
L’Afrique change, elle est en train de vivre un moment de croissance du point de vue de l’économique et des infrastructures. Un des signes de ce changement est le développement des villes. On estime qu’en 2050 plus d’un milliard d’africains habiteront les villes. Aujourd’hui, la population urbaine du continent est estimée autour de 400 million d’habitants (contre 20 million des années ’50). Et en cela l’Afrique suit parfaitement une tendance  de croissance mondiale, car on a calculé que dans les prochaines années plus du 60% de la population mondiale vivra dans les villes (en 1950, 30% seulement y vivait).
En 2015 on prévoit qu’il y aura dans le monde 23 villes avec plus de 10 million d’habitants et parmi ces 23 villes, 19 d’entre elles seront des villes des pays en voie de développement et en Afrique on pourra en compter au moins quatre : Lagos, Le Caire, Kinshasa et Johannesburg. Et le taux de croissance économique dans les villes est le double de celui des campagnes. Cela est un signe qui indique cette croissance économique : Le Produit intérieur brut, PIB (PIL) des pays africains avec un taux de croissance de +13% pour le Ghana a +7% pour la Mozambique. L’Afrique se découvre riche, au détriment de certains stéréotypes qui la voudraient encore et toujours au bout du gouffre de la pauvreté. Un autre signe plus marquant est la recrudescence des grands centres commerciaux dont on a vu un à Nairobi au Kenya devenir la cible tragique du terrorisme. Il semble que cette cible n’a pas été choisie au hasard mais en voulant toucher un signe du bienêtre du modèle de vie occidentale ; qui sont des plus en plus visibles dans chaque capitale africaine.
Mais il faut dire que la ville africaine grandit sans une perspective sociale et humaine, dans un urbanisme sauvage entre la croissance économique et le manque de structures sociales et démocratique qui ont toujours accompagné, dans l’histoire des villes, leur développement. Il s’agit des villes ou tout tourne autour des marchés, de la bourse, de la recherche de l’argent, … où  les systèmes de communication se sont développés avec internet et tout est connecté à un réseau global qui semble les engloutir, dans ces villes,  il manque un véritable centre.
Dans le village africain traditionnel, le centre était le puits, la source d’eau, ou bien la mission où il y avait l’église, l’école et le centre de santé : l’homme était donc au centre. Mais aujourd’hui ? Quelle est le centre ? Dans la recherche du profit à tout prix ? Dans le rejet de celui qui semble différent ?
Le Pape François le disait bien lors de sa dernière visite en Sardaigne: «  Il ne faut pas se fonder sur "un dieu appelé argent". "C'est la conséquence d'un choix mondial, d'un système économique qui provoque cette tragédie, un système au centre duquel se trouve une idole appelée argent. "Nous ne voulons pas de ce système économique mondialisé qui nous fait tant de mal. Hommes et femmes doivent être au centre comme Dieu le veut" »
Dans les villes africaines nous voyons se développer de grandes périphéries urbaines, les « slums », où des gens de provenances diverses et très différentes se mélangent. Il y a des gens qui arrivent des campagnes, fuyant la misère causée par l’exploitation minière et industrielle de leurs terres agricoles par les grandes firmes multinationales, ou bien, comme il arrive à Bukavu, ma ville, dans la région du Kivu d’où je viens, ils fuient à cause de l’insécurité et guerre.
La ville devient pour beaucoup de monde un lieu où réaliser des rêves, un tournant psychologique vers le bien-être. La ville est aussi le lieu d’expression préféré d’une jeunesse particulièrement touché par la précarité de l’emploi et la faillite d’un modèle éducatif. Si certains jeunes sont tentés encore par l’exode vers l’Europe, d’autres commencent à explorer des nouvelles voie d’affirmation identitaire, des revendications populaires ou de débrouille économique. Nous constatons alors qu’au-delà des périphéries urbaines il existe, comme le dit le pape François des « périphéries existentielles » qui englobent tous ceux qui sont marginalisés. Le manque d’un centre fait que chacun pense être le centre de lui-même. La présence de l’autre fait peur car toujours perçue comme une menace qu’il faille expulser de son horizon. C’est le cas des personnes âgées, autrefois témoins des racines familiales, gardiens des traditions et sources de la sagesse désormais, dans la ville moderne perdue dans l’âge de l’internet, les personnes âgées perdent cette figure et cette personnalité sont perçues, dans leurs propres familles comme un poids, une charge dont il faut se débarrasser. Cela vient d’une culture individualiste et matérialiste qui brise tout lien voire celui de sang.
La Communauté de Sant’Egidio, dans ces derniers années a commencé à s’apercevoir de ce phénomène, et nous assistons à la recrudescence de l’accusation de sorcellerie contre les personnes âgées, où cette accusation cache bien des intérêts de ceux qui veulent s’accaparer de leurs biens et terres. A Bukavu les personnes âgées se retrouvent alors expulsées et trouvent refuge dans des baraques de fortune ou dans les anciennes écuries des chevaux de l’hippodrome de l’époque belge.
Il en va de même pour les garçons de la rue. C’est un parcours qu’ils font des campagnes vers les villes. Ils sont vendus pour faire des travaux ménagers et sont abandonnés lorsqu’ils deviennent inutiles ou on ne peut plus les payer. Ils sont exposés à  la délinquance, à la drogue et/ou sont recrutés par les groupes armés.
Il y a quelques années, les autorités de ma ville ont procédé à la rafle de toutes les personnes sales qui trainaient dans les centres villes. Ils voulaient « nettoyer » la ville. Parmi les personnes victimes, il y avait un grand nombre d’enfants de la rue que nous avons connus dans notre service à la prison centrale. Informés de la situation, nous avons travaillé pour leur libération que nous avons obtenue par la suite après avoir lancé une lettre ouverte aux autorités. Combien d’enfants ont vu leurs espoirs volés et ne savent même plus rêver d’un avenir meilleur pour eux-mêmes ! Certains d’entre eux pensent que la solution serait de se faire enrôlée dans les forces « négatives » afin de s’assurer un avenir. Et personne ne s’aperçoit qu’en regardant ces enfants et les personnes âgées, en réalité, nous contemplons notre propre avenir et le futur de nos villes ! Tous, nous espérons devenir vieux un jour si Dieu nous prête vie. Dans les enfants d’aujourd’hui, il y a peut-être ceux prendrons en charge notre vie futur. Oui, ce que sera notre futur nous pouvons le bâtir avec nos propres mains.

Aller vers l’autre, vers les périphéries existentielles devient alors une nécessité. Nous comprenons alors que la proximité peut désarmer de la pression et briser les barrières de la haine et de la peur contre tout celui qui semble différent. Aller vers les périphéries existentielles nous montre qu’en réalité, la richesse de la solidarité, (et on parlait autrefois beaucoup de solidarité africaine !) est une valeur à garder et à promouvoir. Il n’y a d’espoir pour personne  dans le manque de solidarité. Il y a besoin d’homes et de femmes spirituels qui redonnent un centre à nos villes, de nouvelles fontaines au centre des villes, des points de référence autour duquel bâtir de nouvelles villes et un nouveau futur.
En dépit de cette tournure que prennent les villes africaines de nos jours, il faut changer  la mentalité qui devienne de plus en plus individualiste et matérialiste. Ce que nous pouvons et devons faire c’est de créer et renforcer le lien entre les hommes et les femmes qui habitent nos villes. Créer un réseau de solidarité qui nous rendent plus proches des pauvres et qui protège les plus faibles. Ces réseaux font naitre une nouvelle culture, la culture du vivre ensemble qui soigne la maladie de la solitude et de l’indifférence.
Enfin, le « courage de l’Espérance » dans nos villes passe à travers cette culture qui nous engage tous à être proches les uns des autres.

LINKED EVENTS
in the World

PROGRAMMA
PDF

LIVE STREAMING
Programme

RELATED NEWS
October 23 2013

The courage to hope: three videos


From Côte d'Ivoire to Rome, the images of this year's meetings of men and religions broadcast again on television
IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | ID
October 3 2013
SAN ANTONIO, UNITED STATES

The spirit of Assisi in Texas


Nearly 1,000 people in San Antonio Texas for the U.S. edition of The Courage of Hope
IT | EN | ES | DE | PT
October 2 2013
ABIDJAN, CÔTE D'IVOIRE

“The Courage to Hope”, also organised in Africa.


Religions meeting in Abidjan, in connection with Rome
IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | ID
October 1 2013

Speech of the Holy Father Francis to the participants of the International Meeting for Peace “The Courage to Hope”

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | ID
October 1 2013
To delegitimize religious terrorism

The Indian intellectual Kulkarni said: “Religious Terrorism divides ‘in primis’ its originating religion”.

IT | EN | ES | DE | PT | CA | ID
October 1 2013
To delegitimize religious terrorism

Catholic Theologian Puig i Tàrrech: «Terrorism in the name of God is an attack to all the faithful»

IT | EN | ES | PT | CA | ID
all related news

NEWS HIGHLIGHTS
December 26 2017

Look at the world map enlightened by the Christmas lunches

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL
December 25 2017

Merry Christmas from the Community of Sant'Egidio!


The joy of Christmas is the joy of a visit, the one we receive, because Jesus comes into the world, and the one each of us can give, because the visit is a joy and a light that remains. WATCH THE VIDEO
IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
December 13 2017 | BLANTYRE, MALAWI

The new church in the House of Friendship of the Community of Sant’Egidio in Blantyre has been inaugurated.


The first prayer was presided by Mgr. Vincenzo Paglia, who met the Community in his visit to Africa
IT | EN | ES | DE | FR | PT | NL | PL | HU

ASSOCIATED PRESS
September 6 2015
Shekulli
“Takimi i paqes”, krerët botërorë të feve mblidhen në Tiranë
November 11 2013
Herder Korrespondenz
Religion und Frieden: Internationales Treffen der Gemeinschaft von Sant'Egidio
October 29 2013
Roma sette
Preghiera e condivisione fondamenta della pace
October 13 2013
SIR
Insieme scegliamo il coraggio della pace
October 6 2013
Avvenire
«Non usare la fede per la violenza». Un bilancio del XXVII Incontro internazionale per la pace
all press-related