change language
sei in: home - ecumenismo e dialogo - incontri... la pace - roma 201...o e pace newslettercontattilink

Sostieni la Comunità

  

 
versione stampabile
1 Ottobre 2013 09:30 | Casa di Dante

Villes malades et périphérie existentielles


Patrick Balemba


Comunità di Sant’Egidio, RDC

Je remercie la Communauté pour cette opportunité qui m’est offerte de contribuer aux échanges de ces jours. Je voudrais apporter en particulier une vision qui vient de l’Afrique, des villes africaines, de leurs maladies et leurs périphéries. Je remercie Mgr SEPPE pour son introduction claire au sujet.
L’Afrique change, elle est en train de vivre un moment de croissance du point de vue de l’économique et des infrastructures. Un des signes de ce changement est le développement des villes. On estime qu’en 2050 plus d’un milliard d’africains habiteront les villes. Aujourd’hui, la population urbaine du continent est estimée autour de 400 million d’habitants (contre 20 million des années ’50). Et en cela l’Afrique suit parfaitement une tendance  de croissance mondiale, car on a calculé que dans les prochaines années plus du 60% de la population mondiale vivra dans les villes (en 1950, 30% seulement y vivait).
En 2015 on prévoit qu’il y aura dans le monde 23 villes avec plus de 10 million d’habitants et parmi ces 23 villes, 19 d’entre elles seront des villes des pays en voie de développement et en Afrique on pourra en compter au moins quatre : Lagos, Le Caire, Kinshasa et Johannesburg. Et le taux de croissance économique dans les villes est le double de celui des campagnes. Cela est un signe qui indique cette croissance économique : Le Produit intérieur brut, PIB (PIL) des pays africains avec un taux de croissance de +13% pour le Ghana a +7% pour la Mozambique. L’Afrique se découvre riche, au détriment de certains stéréotypes qui la voudraient encore et toujours au bout du gouffre de la pauvreté. Un autre signe plus marquant est la recrudescence des grands centres commerciaux dont on a vu un à Nairobi au Kenya devenir la cible tragique du terrorisme. Il semble que cette cible n’a pas été choisie au hasard mais en voulant toucher un signe du bienêtre du modèle de vie occidentale ; qui sont des plus en plus visibles dans chaque capitale africaine.
Mais il faut dire que la ville africaine grandit sans une perspective sociale et humaine, dans un urbanisme sauvage entre la croissance économique et le manque de structures sociales et démocratique qui ont toujours accompagné, dans l’histoire des villes, leur développement. Il s’agit des villes ou tout tourne autour des marchés, de la bourse, de la recherche de l’argent, … où  les systèmes de communication se sont développés avec internet et tout est connecté à un réseau global qui semble les engloutir, dans ces villes,  il manque un véritable centre.
Dans le village africain traditionnel, le centre était le puits, la source d’eau, ou bien la mission où il y avait l’église, l’école et le centre de santé : l’homme était donc au centre. Mais aujourd’hui ? Quelle est le centre ? Dans la recherche du profit à tout prix ? Dans le rejet de celui qui semble différent ?
Le Pape François le disait bien lors de sa dernière visite en Sardaigne: «  Il ne faut pas se fonder sur "un dieu appelé argent". "C'est la conséquence d'un choix mondial, d'un système économique qui provoque cette tragédie, un système au centre duquel se trouve une idole appelée argent. "Nous ne voulons pas de ce système économique mondialisé qui nous fait tant de mal. Hommes et femmes doivent être au centre comme Dieu le veut" »
Dans les villes africaines nous voyons se développer de grandes périphéries urbaines, les « slums », où des gens de provenances diverses et très différentes se mélangent. Il y a des gens qui arrivent des campagnes, fuyant la misère causée par l’exploitation minière et industrielle de leurs terres agricoles par les grandes firmes multinationales, ou bien, comme il arrive à Bukavu, ma ville, dans la région du Kivu d’où je viens, ils fuient à cause de l’insécurité et guerre.
La ville devient pour beaucoup de monde un lieu où réaliser des rêves, un tournant psychologique vers le bien-être. La ville est aussi le lieu d’expression préféré d’une jeunesse particulièrement touché par la précarité de l’emploi et la faillite d’un modèle éducatif. Si certains jeunes sont tentés encore par l’exode vers l’Europe, d’autres commencent à explorer des nouvelles voie d’affirmation identitaire, des revendications populaires ou de débrouille économique. Nous constatons alors qu’au-delà des périphéries urbaines il existe, comme le dit le pape François des « périphéries existentielles » qui englobent tous ceux qui sont marginalisés. Le manque d’un centre fait que chacun pense être le centre de lui-même. La présence de l’autre fait peur car toujours perçue comme une menace qu’il faille expulser de son horizon. C’est le cas des personnes âgées, autrefois témoins des racines familiales, gardiens des traditions et sources de la sagesse désormais, dans la ville moderne perdue dans l’âge de l’internet, les personnes âgées perdent cette figure et cette personnalité sont perçues, dans leurs propres familles comme un poids, une charge dont il faut se débarrasser. Cela vient d’une culture individualiste et matérialiste qui brise tout lien voire celui de sang.
La Communauté de Sant’Egidio, dans ces derniers années a commencé à s’apercevoir de ce phénomène, et nous assistons à la recrudescence de l’accusation de sorcellerie contre les personnes âgées, où cette accusation cache bien des intérêts de ceux qui veulent s’accaparer de leurs biens et terres. A Bukavu les personnes âgées se retrouvent alors expulsées et trouvent refuge dans des baraques de fortune ou dans les anciennes écuries des chevaux de l’hippodrome de l’époque belge.
Il en va de même pour les garçons de la rue. C’est un parcours qu’ils font des campagnes vers les villes. Ils sont vendus pour faire des travaux ménagers et sont abandonnés lorsqu’ils deviennent inutiles ou on ne peut plus les payer. Ils sont exposés à  la délinquance, à la drogue et/ou sont recrutés par les groupes armés.
Il y a quelques années, les autorités de ma ville ont procédé à la rafle de toutes les personnes sales qui trainaient dans les centres villes. Ils voulaient « nettoyer » la ville. Parmi les personnes victimes, il y avait un grand nombre d’enfants de la rue que nous avons connus dans notre service à la prison centrale. Informés de la situation, nous avons travaillé pour leur libération que nous avons obtenue par la suite après avoir lancé une lettre ouverte aux autorités. Combien d’enfants ont vu leurs espoirs volés et ne savent même plus rêver d’un avenir meilleur pour eux-mêmes ! Certains d’entre eux pensent que la solution serait de se faire enrôlée dans les forces « négatives » afin de s’assurer un avenir. Et personne ne s’aperçoit qu’en regardant ces enfants et les personnes âgées, en réalité, nous contemplons notre propre avenir et le futur de nos villes ! Tous, nous espérons devenir vieux un jour si Dieu nous prête vie. Dans les enfants d’aujourd’hui, il y a peut-être ceux prendrons en charge notre vie futur. Oui, ce que sera notre futur nous pouvons le bâtir avec nos propres mains.

Aller vers l’autre, vers les périphéries existentielles devient alors une nécessité. Nous comprenons alors que la proximité peut désarmer de la pression et briser les barrières de la haine et de la peur contre tout celui qui semble différent. Aller vers les périphéries existentielles nous montre qu’en réalité, la richesse de la solidarité, (et on parlait autrefois beaucoup de solidarité africaine !) est une valeur à garder et à promouvoir. Il n’y a d’espoir pour personne  dans le manque de solidarité. Il y a besoin d’homes et de femmes spirituels qui redonnent un centre à nos villes, de nouvelles fontaines au centre des villes, des points de référence autour duquel bâtir de nouvelles villes et un nouveau futur.
En dépit de cette tournure que prennent les villes africaines de nos jours, il faut changer  la mentalité qui devienne de plus en plus individualiste et matérialiste. Ce que nous pouvons et devons faire c’est de créer et renforcer le lien entre les hommes et les femmes qui habitent nos villes. Créer un réseau de solidarité qui nous rendent plus proches des pauvres et qui protège les plus faibles. Ces réseaux font naitre une nouvelle culture, la culture du vivre ensemble qui soigne la maladie de la solitude et de l’indifférence.
Enfin, le « courage de l’Espérance » dans nos villes passe à travers cette culture qui nous engage tous à être proches les uns des autres.

Segui l'evento in streaming

EVENTI COLLEGATI
nel mondo

PROGRAMMA
PDF

PROGRAMMA DELLE DIRETTE WEB

NEWS CORRELATE
23 Ottobre 2013

Il coraggio della speranza: tre video


Dalla Costa d'Avorio a da Roma, le immagini degli incontri di quest'anno tra uomini e religioni rimandate nelle trasmissioni televisive
IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | ID
3 Ottobre 2013
SAN ANTONIO, STATI UNITI

The Courage of Hope. Lo spirito di Assisi in Texas


Leaders religiosi e studenti hanno partecipato all'incontro di San Antonio che ha seguito quello di Roma
IT | EN | ES | DE | PT
2 Ottobre 2013
ROMA, ITALIA

Festa dei nonni: Sant'Egidio lancia il concorso "Chi trova un nonno trova un tesoro"


Scopri come partecipare sul blog "Viva Gli Anziani!"
2 Ottobre 2013
ROMA, ITALIA

In occasione della festa dei nonni: "La forza degli anni. la vecchiaia come benedizione"


GUARDA IL VIDEO DELLA CONFERENZA
2 Ottobre 2013
ABIDJAN, COSTA D'AVORIO

Anche in Africa "Il coraggio della Speranza"


Incontro con le Religioni ad Abidjan in collegamento con Roma
IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | ID
2 Ottobre 2013
ROMA, ITALIA

"Promuovere le ragioni dell'accoglienza e della tolleranza". Il messaggio del Presidente della Repubblica Giorgio Napolitano


ai partecipanti all'incontro "Il Coraggio della Speranza"
tutte le news correlate

NEWS IN EVIDENZA
7 Febbraio 2018

50 anni di Sant'Egidio: la gioia del Vangelo da Roma alle periferie del mondo


La Comunità compie 50 anni. Una storia cominciata il 7 febbraio 1968 a Roma da Andrea Riccardi con un piccolo gruppo di liceali che volevano cambiare il mondo...
IT | DE | PT
7 Febbraio 2018

'Un aspetto chiave di Sant'Egidio è la sua dedizione al dialogo' Da Yad Vashem, il Memoriale dell'Olocausto a Gerusalemme, gli auguri per il 50mo

IT | DE
7 Febbraio 2018

'Vi auguro di continuare la vostra missione per la pace': Ahmad Al-Tayyeb, Grande Imam di Al-Azhar, per i 50 anni di Sant'Egidio

IT | DE

RASSEGNA STAMPA CORRELATA
6 Settembre 2015
Shekulli
“Takimi i paqes”, krerët botërorë të feve mblidhen në Tiranë
11 Novembre 2013
Herder Korrespondenz
Religion und Frieden: Internationales Treffen der Gemeinschaft von Sant'Egidio
29 Ottobre 2013
Roma sette
Preghiera e condivisione fondamenta della pace
13 Ottobre 2013
SIR
Insieme scegliamo il coraggio della pace
6 Ottobre 2013
Avvenire
«Non usare la fede per la violenza». Un bilancio del XXVII Incontro internazionale per la pace
tutta la rassegna stampa correlata