change language
te itt vagy: home - sajtószemle newsletterlink

Support the Community

  
November 10 2015

Ban Ki-Moon: Donner aux réfugiés la possibilité de donner en retour

 
nyomtatható verzió

« Nous n`aimons pas grandir dans un monde en guerre parce que c`est stupide et parce que, à la fin, méme ceux qui "gagnent" souffrent. » Cette phrase puissante, plus directe et plus claire que tout ce que j`ai jamais entendu lors de mes rencontres avec les dirigeants des pays du monde, a été prononcée par des gens qui savent de quoi ils parlent, plus encore que les chefs d`Etat : des enfants qui ont survécu à des conflits, connu la pauvreté et le dénuement, et méme été victimes des odieux criminels qui se livrent à la traite et au trafic de personnes.

Elle est tirée d`un poème que m`ont adressé les enfants du centre Tenda di Abramo de la Communauté de Sant`Egidio, à Rome, un des sites d`accueil de réfugiés que j`ai visités ces dernières semaines par solidarité, après avoir rencontré de nombreuses familles installées dans des camps au Liban, en Jordanie, en Turquie et dans d`autres pays.

Je me suis senti chez moi parmi ces gens qui n`ont plus de chez eux. Assis avec un petit groupe de réfugiés du Moyen-Orient, d`Afrique et d`autres régions, j`écoutais attentivement quand un petit gargon a attiré mon attention. « Quel àge as-tu », lui ai-je demandé. J`écoutais attentivement. « Six ans », m`a-t-il fièrement répondu.

Quand j`avais son àge, pendant la guerre de Corée, j`ai moi aussi dù fuir. Je n`ai pas dft faire de périple aussi long que le leur, et beaucoup des épreuves qu`ils ont traversées m`ont été épargnées, mais je me souviens très bien à quel point je me sentais perdu et effrayé quand j`ai dù quitter mon village pour échapper aux bombardements. Je n`oublierai jamais l`image de mon grand-père cherchant désespérément de quoi nous nourrir dans la montagne où nous avions trouvé refuge. J`étais trop jeune pour comprendre des termes tels que « sécurité collective », mais quand j`ai vu arriver les troupes multinationales portant le drapeau de l`ONU, j`ai su que nous n`étions pas seuls. Et lorsque l`ONU nous a distribué de quoi survivre, je me suis dit pour la première fois qu`il me faudrait donner quelque chose en retour à ce monde qui était venu à mon secours.

Je ne suis pas un cas à part. Ceux que j`ai rencontrés au centre Tenda di Abramo en Italie, au centre humanitaire Gabcikovo en Slovaquie, et au Centre d`accueil et d`intégration des migrants en Espagne veulent tous apporter quelque chose à la société. Alou Sanogo Badara, étudiant de 22 ans, a fui le conflit qui déchire le Mali et a marché 3 000 kilomètres dans le désert. Certains de ses amis sont morts en route. D` autres ont perdu la vie durant la traversée de la Méditerranée, sur la petite embarcation qui transportait près d`une centaine de personnes. Aujourd`hui il vit en Italie, dans une culture complètement différente, et il dit : « Ici, j`ai trouvé l`amour et l`amitié. »

Sediqa Rahimi est afghane. Elle a deux enfants. Elle se considère comme « une force pour la paix ». Quand elle regarde ses enfants jouer tranquillement, elle repense à ce qui se passe chez elle : « Combien d`enfants, en Afghanistan, sont réveillés par le bruit des fusillades et des bombes ? » C`est aussi le lot de millions de Syriens qui souffrent depuis trop longtemps d`une guerre à laquelle les parties et les pays qui ont de l`influente sur elles doivent tout faire pour mettre un terme au plus vite. Comme les millions de personnes d`Europe et d`ailleurs qui, après la Seconde Guerre mondiale, ont rassemblé les morceaux de leurs vies brisées, ceux qui arrivent aujourd`hui dans des pays d`accueil veulent ce que veulent tous les étres humains : une vie sûre et stable et un avenir meilleur pour ceux qu`ils aiment.

Je déplore vivement que certains exploitent leur situation en attisant la xénophobie et en incitant à la haine. Ce faisant, ils sèment la discorde, favorisent l`instabilité et trahissent les valeurs et les normes relatives aux droits de l` homme sur lesquelles repose l`Union européenne. Je demande aux dirigeants des pays d`Europe et du monde entier de trouver ensemble une solution collective qui soit conforme à ces valeurs et respecte la dignité de ceux qui fuient les conflits et la misère. Ce n`est pas en fermant les frontières, ou en condamnant et en incarcérant ceux qui les passent que l`on réglera quoi que ce soit. Il serait beaucoup plus utile de mettre en placo des filières sùres et légales pour que les réfugiés et les migrants puissent entrer, de donner à ceux qui arrivent des possibilités d`installation et d`intégration et de dégager des fonds pour les opérations de secours, pour lesquelles il n`y a jamais assez de moyens. Avec de la créativité, il devrait étre possible d`ouvrir la porte à un plus grand nombre de migrants et de réfugiés ; les bourses du secteur privé, les visas humanitaires et le parrainage par des membres de la diaspora sont autant de possibilités à étudier.

Essayer de trouver des solutions humaines, c`est aussi combattre les réseaux de criminels qui profitent du malheur des autres en se livrant à la traite et au trafic d`étres humains. Les politiques actuelles ne font de toute évidence pas l`affaire. Il est temps que la communauté internationale mette au point des mécanismes mondiaux de gestion des déplacements massifs de population. Je m`efforce d`amener les pays à se mettre d`accord sur des solutions plus humaines et mieux coordonnées, qui serviraient l`intérét collectif de toutes les nations. Les enfants que j`ai rencontrés au centre Tenda di Abramo, à Rome, m`ont chanté des chansons qui disaient qu`ils venaient tous de continents différents. A la fin, c`est au monde entier qu`ils se sont adressés avec ces paroles : « Mais quelle différence cela fait-il ? Nous sommes l`humanité. »

Ban Ki-Moon


 OLVASSON
• HÍR
Június 20 2017
RÓMA, OLASZORSZÁG

Akik a remény útján haltak meg – Imádság azok emlékére, akik Európa felé vezető útjuk során vesztették életüket

IT | ES | DE | FR | CA | HU
Április 21 2017
RÓMA, OLASZORSZÁG

Fényképek Ferenc pápa látogatásáról a Tiberis-szigeten található Szent Bertalan-bazilikában április 22-én

IT | EN | ES | DE | FR | PT | HU
Március 31 2017
MINEO, OLASZORSZÁG

Imádság a nagyböjtben a mineói befogadó központ (CARA) menekült fiataljaival

IT | HU
Március 13 2017
PÁRIZS, FRANCIAORSZÁG

Franciaország humanitárius folyosókat nyit a menekültek számára

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU | PL | HU
Február 23 2017
BUDAPEST, MAGYARORSZÁG

A magyarországi Szent Egyed közösség levélben fordult az Országgyűlés tagjaihoz a menekültügyi szigorítás kapcsán

IT | ES | DE | FR | HU
Január 23 2017
TOMPA, MAGYARORSZÁG

„Amikor felébredtem, vékony jéghártya borította a kabátomat”

IT | EN | ES | DE | FR | PT | RU | HU
minden hír
• RELEASE
Március 12 2018
RP ONLINE

Flucht, Abi, Studium

Február 20 2018
OnuItalia

Rohingya: la crisi nei colloqui di Sant’Egidio con la premier del Bangladesh

Február 13 2018

Der Weg bleibt beschwerlich

Január 29 2018
La Vanguardia

Treinta sirios llegan a Italia con los llamados "corredores humanitarios"

Január 28 2018
Agenzia Fides

Asia/Bangladesh - Una scuola per i bambini profughi Rohingya

Január 25 2018
Il Mattino di Padova

«Il dolore è lingua che accomuna»

minden sajtóközlemények
• NO HALÁLBÜNTETÉS
Október 9 2017

On 15th World Day Against the Death Penalty let us visit the poorest convicts in Africa

Október 6 2015
EGYESÜLT ÁLLAMOK

The World Coalition Against the Death Penalty - XIII world day against the death penalty

Október 4 2015
EFE

Fallece un preso japonés tras pasar 43 años en el corredor de la muerte

Szeptember 23 2015

Pope Francis calls on Congress to end the death penalty. "Every life is sacred", he said

Március 11 2015
AFP

Arabie: trois hommes dont un Saoudien exécutés pour trafic de drogue

Március 11 2015
Associated Press

Death penalty: a look at how some US states handle execution drug shortage

Március 8 2015
Reuters

Australia to restate opposition to death penalty as executions loom in Indonesia

Március 8 2015
AFP

Le Pakistan repousse de facto l'exécution du meurtrier d'un critique de la loi sur le blasphème

Március 8 2015
AFP

Peine de mort en Indonésie: la justice va étudier un appel des deux trafiquants australiens

Február 27 2015
EGYESÜLT ÁLLAMOK

13 Ways Of Looking At The Death Penalty

Február 14 2015

Archbishop Chaput applauds Penn. governor for halt to death penalty

December 10 2014
MADAGASZKÁR

C’est désormais officiel: Madagascar vient d’abolir la peine de mort!

nem megy a halálbüntetés
• DOKUMENTUMOK

Dossier: What are the humanitarian corridors

az összes dokumentum