change language
sei in: home - rassegna stampa newslettercontattilink

Sostieni la Comunità

  

24 heures Région Lausannoise

29 Agosto 2015

«Nous espérons scolariser des jeunes filles roms»

 
versione stampabile

 Florin a 16 ans. Il rêve de devenir vendeur, réparateur de téléphones portables ou agent de sécurité. Un rêve qui est passé de l’inimaginable au tangible. «En sept années d’école en Roumanie, je n’ai appris ni à lire ni à écrire. En deux mois ici, c’était fait», dit-il dans un français encore hésitant, mais plein d’allant. L’adolescent fait partie des six garçons roms à avoir participé à un projet pilote de scolarisation. Soutenues par la Ville de Lausanne, les associations Opre Rrom, Sant’Egidio et Point d’appui lançaient cette initiative en février 2014. Le programme s’est terminé l’été dernier: comme quatre de ses camarades, Florin peut intégrer cette rentrée scolaire une classe d’accueil «standard» après avoir bénéficié d’un dispositif spécial d’alphabétisation au Centre de ressources pour élèves allophones. Le sixième participant poursuit, quant à lui, son cursus au centre de formation et d’insertion professionnelle OSEO, à Vevey. 

De l’avis de la Ville de Lausanne, le programme est une réussite. «Sur le plan humain, l’expérience est extrêmement positive. Ces enfants qui vivent au jour le jour ont pu se projeter dans l’avenir et vivre comme des jeunes de leur âge, ce qu’ils aspirent à être», se réjouit Philippe Martinet, chef du Service des écoles primaires et secondaires de Lausanne. Si les progrès ont été lents pour certains, il relève l’assiduité des écoliers. «C’est une belle histoire, même si elle a coûté beaucoup d’énergie. Le projet n’a été possible que grâce à l’investissement des associations. »

Nombreux écueils

Les écueils ont en effet été nombreux. D’un point de vue logistique, tout d’abord, les autorités scolaires exigeaient qu’un élève bénéficie d’un lieu où dormir. Une obligation que les associations ont remplie avec peine, poussées parfois à accueillir des enfants à leur domicile(lire ci-dessous). Niveau finances aussi, il leur a fallu chercher sans relâche des dons pour couvrir le coût de l’assurance-maladie, le transport, le matériel scolaire et d’autres frais pour un total de 400 fr. en moyenne par écolier et par mois. La quête de fonds et d’un toit se poursuit pour permettre aux Roms scolarisés de continuer leur formation. «Notre objectif est que les élèves et leurs parents gagnent en autonomie», dit Anne-Catherine Reymond, de Sant’Egidio. 

Le programme terminé, une nouvelle initiative est en gestation. «Nous espérons pouvoir scolariser des filles avec le même dispositif pilote», indique Anne-Catherine Reymond. Opre Rrom, Sant’Egidio et Point d’appui apportent déjà leur soutien à deux fillettes: l’une commence sa 3e primaire et l’autre est en préscolarisation. Mais le projet pilote ne comptait pas de présence féminine. «Les filles sont plus porteuses de traditions. Souvent, elles se marient jeunes», avance Anne-Catherine Reymond. 

A voir si ces associations réussiront à convaincre le Canton, qui devra payer le salaire d’un enseignant si une classe d’alphabétisation est ouverte. L’affaire n’est pas gagnée d’avance: le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) dresse un bilan bien moins réjouissant de l’expérience pilote. «Rassembler des élèves dans une classe unique n’apporte pas de plus-value d’un point de vue pédagogique, affirme Michael Fiaux, porte-parole du DFJC. De plus, cela peut créer une certaine stigmatisation. Selon nous, les scolariser dans une classe d’accueil standard permet d’atteindre l’objectif d’intégration. »

L’affirmation fait bondir la présidente d’Opre Rrom, Véra Tchérémissinoff: «On utilise la non-stigmatisation pour ne rien faire!» Anne-Catherine Reymond enchaîne: «Nous ne voulons pas d’un ghetto! Il s’agit simplement d’une structure relais qui est essentielle pour donner à ces enfants la possibilité d’intégrer le cursus régulier. Certains ont un tel déficit qu’un accompagnement est essentiel. »

Quête complexe d’un toit

Le programme pilote de scolarisation d’enfants roms a failli coûter son appartement à Véra Tchérémissinoff. N’ayant trouvé aucune autre solution, la présidente d’Opre Rrom a hébergé des élèves chez elle. Ce qui n’a pas plu au propriétaire de l’immeuble. «Il a voulu résilier mon bail. Il ne voulait pas que j’accueille des Roms chez moi», affirme-t-elle. Elle a porté l’affaire devant le Tribunal des baux. «J’ai eu gain de cause. Chacun a le droit d’accueillir qui il veut chez soi, tant qu’il ne crée pas de nuisances, ce qui n’était pas le cas. »

L’obligation pour les élèves roms de disposer d’un logement est un des obstacles principaux à leurs ambitions scolaires. Les autorités l’exigent afin qu’ils puissent suivre leur cursus dans un climat de stabilité. Les lieux d’hébergement provisoire se succèdent. L’an dernier, plusieurs familles avaient pu loger dans une villa à Pully. Auparavant, la Ville de Lausanne leur avait permis de rester dans les locaux de la Ligue pour la lecture de la Bible, ce qui avait permis de lancer le projet. «Une des difficultés tient au fait que ces personnes vivent en famille, explique Anne-Catherine Reymond. C’est très difficile pour eux d’être séparés. Ils préfèrent alors quitter le logement. »


 LEGGI ANCHE
• NEWS
5 Febbraio 2018

Mediatori interculturali, fattore di integrazione in una società plurale: oggi consegna dei diplomi

IT | ID
13 Dicembre 2017
ROMA, ITALIA

Vaccini antinfluenzali: Sant'Egidio e Federazione Medici realizzano campagna per 4 mila soggetti fragili

1 Dicembre 2017

I giovani nelle piazze d'Italia e d'Europa per un'Africa libera dall'AIDS: è arrivato il Rigiocattolo 2017!

IT | ES | DE | PT | CA
20 Novembre 2017

Giornata mondiale dei diritti dell'infanzia: Sant'Egidio dalla parte dei bambini

IT | ES | DE
15 Novembre 2017
CITTÀ DEL MESSICO, MESSICO

Dal Messico una storia di come la vita dei bambini di strada può cambiare a partire da un piccolo gesto di solidarietà

IT | ES | DE
14 Novembre 2017
ROMA, ITALIA

L'integrazione inizia con la lingua e la cultura: ecco i nuovi diplomati della scuola di italiano di Sant'Egidio a Roma

tutte le news
• STAMPA
13 Marzo 2018
RP ONLINE

Flucht, Abi, Studium

10 Febbraio 2018
SIR

50° Sant’Egidio: Gentiloni (presidente del Consiglio), “dalla condizione dei più deboli si misura il benessere autentico di una società”

10 Febbraio 2018
Il Sole 24 ore

Migranti, Gentiloni: sbagliato promettere fine dei flussi

5 Febbraio 2018
SIR

Immigrazione: Comunità Sant’Egidio, oggi anche la ministra Fedeli alla consegna dei diplomi per mediatori interculturali

16 Gennaio 2018
Corriere.it

Lamiabuonanotizia. Le mamme rom aiutano quelle d’Africa

15 Gennaio 2018
Corriere della Sera

Andrea Riccardi. Francesco traccia la differenza tra immigrazione e invasione

tutta la rassegna stampa
• EVENTI
7 Dicembre 2017 | GENOVA, ITALIA

Presentazione del libro ''Alla Scuola della Pace'' a Genova

19 Novembre 2017 | NAPOLI, ITALIA

Consegna dei diplomi della Scuola di Italiano di Sant'Egidio a Napoli

tutti gli Incontri di Preghiera per la Pace
• DOCUMENTI

Corso di Alta Formazione professionale per Mediatori europei per l’intercultura e la coesione sociale

Intervento di Branislav Savic durante la visita di Papa Francesco alla Comunità di Sant'Egidio

Dati sulla Scuola di Lingua e Cultura Italiana - Comunità di Sant'Egidio

CAMPI ROM RISCATTO CERCASI , Avvenire 2 agosto 2013

Articolo su Credere nr. 18 - Trattoria degli amici

Per un mondo senza razzismo – per un mondo senza violenza

tutti i documenti
• LIBRI

Alla Scuola della Pace





San Paolo

''Una giornata particolare''





Tau Editrice
tutti i libri

FOTO

1075 visite

1204 visite

1310 visite

1153 visite

1257 visite
tutta i media correlati