change language
du bist dabei: home - pressearchiv newsletterkontaktlink

Unterstützung der Gemeinschaft

  
28 April 2009

Opération jugements déclaratifs : Plus de cinq millions d'actes de naissance à délivrer en douze mois

 
druckversion

Le gouvernement du Burkina Faso, à travers les ministres de la Promotion des droits humains, de la Justice, de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, a lancé une vaste opération d'établissement d'actes de naissance sur l'ensemble du territoire national, le 27 avril 2009 à Ouagadougou.

En cette année 2009, le gouvernement burkinabè a pris l'initiative de procéder à l'enregistrement universel et gratuit des actes de naissance sur toute l'étendue du territoire national, en faveur des enfants de 0 à 18 ans. C'est ce qui justifie le lancement de l'opération jugements déclaratifs d'actes de naissance, intervenu le 27 avril 2009 à Ouagadougou. La mise en œuvre de ce programme offre l'occasion au Burkina Faso de concrétiser une recommandation du comité des Nations unies pour les droits de l'enfant, faite lors de l'atelier régional, du 6 au 8 novembre 2007. Ladite recommandation voulait que l'année 2009 soit déclaré "année de l'enregistrement gratuit et universel des naissances.

L'opération prend également en compte l'enregistrement des adultes en vue de fournir les éléments nécessaires à la mise en œuvre de l'expression du suffrage. A cet effet, le Premier ministre, Tertius Zongo, qui a présidé la cérémonie de lancement de l'opération a précisé que : "L'un des objectifs majeurs de ce programme est de mettre en place un dispositif favorable au recensement des personnes en âge de voter. Et ceci dans la perspective des consultations électorales de 2010 et celles à venir. Pour ce public cible l'enregistrement des naissances sera suivi d'une campagne de délivrance massive de cartes nationales d'identité". Il a ajouté que la présente campagne permettra de délivrer plus de cinq millions d'actes déclaratifs de naissance sur douze mois.

Le Premier ministre a expliqué que les centres d'état civil seront dotés de moyens supplémentaires et que le gouvernement travaillera davantage à cultiver chez les Burkinabè le réflexe de l'enregistrement des enfants à la naissance, dans les délais légaux. Il a alors invité tous les acteurs concernés à s'investir davantage dans la mise en œuvre et le suivi de cette opération, qui, selon lui, est un grand défi pour le Burkina Faso. La ministre de la Promotion des droits humains, Mme Salamata Sawadogo/Tapsoba a soutenu que les trois ministères impliqués dans l'opération ont travaillé ensemble pour dégager des pistes afin de la mener à bien.

"Au niveau national, provincial et dans les villages, des comités de pilotage sont chargés de faire remonter au niveau central, les problèmes rencontrés afin qu'ils soient résolus pour le bon déroulement de l'opération". De son point de vue, plus qu'un acte ponctuel, l'opération vise à susciter le réflexe de l'enregistrement chez les populations. "Avec seulement les enfants où tout est gratuit, il faut treize milliards pour les adultes qui doivent au moins payer les timbres, il faut aussi une certaine somme", a-t-elle révélé en tentant d'évaluer le coût de l'opération.

En effet, tenant compte des données du recensement de 2006, plus de cinq millions de personnes ne sont pas enregistrées à l'état civil. Selon les mêmes sources, près de trois millions d'enfants dont 60% de filles n'étaient pas enregistrés à la date de ce recensement. Partant de là, le président de l'Association des municipalités du Burkina (AMBF), le maire Simon Compaoré, a affirmé que les naissances non déclarées constituent une préoccupation pour les conseils municipaux. "Le premier droit de tout citoyen est de posséder un acte d'état civil lui permettant de jouir de ses droits civiques et économiques", a-t-il clamé.

Les partenaires techniques et financiers représentés à la cérémonie notamment Plan,l'UNICEF et la communauté Sant' Egidio ont, tour à tour, traduit leur joie de voir l'opération devenir une réalité suite à leur investissement en faveur de l'enfance en difficulté et pour la promotion de leurs droits.


 LESEN SIE AUCH
• NEWS
5 Januar 2018
CONAKRY, GUINEA

Sant’Egidio: Besuch von Alfano im DREAM-Zentrum für die AIDS-Behandlung – „Ihr seid unsre Botschafter gewesen und habt die Träume in Wirklichkeit verwandelt“

IT | DE | PT
22 Dezember 2017
NAKURU, KENIA

In Teilen der Welt ist Wasser das schönste Weihnachtsgeschenk: eine Zisterne für die Gefangenen von Nakuru

IT | ES | DE | FR | PT | CA | NL
19 Dezember 2017
ADDIS ABABA, ÄTHIOPIEN

Eine Delegation von Sant’Egidio trifft den Präsidenten der Afrikanischen Union Moussa Faki

IT | DE | FR | NL
1 Dezember 2017

Weltaidstag, Sant’Egidio – heute müssen Frauen in Afrika noch mehr behandelt werden

IT | DE | PT | NL | HU
21 November 2017
MOSAMBIK

Mosambik: 100.000 Kinder wurden durch BRAVO! registriert

IT | ES | DE | PT | NL | RU
27 Oktober 2017

Ein Schritt auf dem Weg der Befriedung von Casamance

IT | DE | RU
alle neuigkeiten
• RELEASE
24 Februar 2018
Avvenire

A spasso per Milano aiutando l'Africa

24 Januar 2018
Avvenire

Sviluppo. Alfano: «La Cooperazione è tornata al centro dell'agenda politica»

19 Januar 2018
Famiglia Cristiana

Europa e Africa, un destino comune

8 Januar 2018
OnuItalia

Alfano chiude missione in Africa al centro ‘Dream’ di Conakry (sant’Egidio)

30 Dezember 2017
Notizie Italia News

La politica estera italiana nell'ultima legislatura. Un breve bilancio

7 Dezember 2017
Famiglia Cristiana

E ora l'Europa si accorge dell'Africa

die ganze presseschau
• DOKUMENTE

''Entente de Sant'Egidio'': Political Agreement for Peace in the Central African Republic

Declaration of the African Union on the Republican Pact"

alle dokumente
• BÜCHER

Eine Zukunft für meine Kinder





Echter Verlag
alle bücher

FOTOS

1696 besuche

1523 besuche

1505 besuche

1493 besuche

1534 besuche
alle verwandten medien