change language
u bent in: home - persoverzicht newsletterlink

Support the Community

  

College Des Bernardins

18 September 2012

Retour de Sarajevo : Le discours de la méthode d’Andrea Riccardi

 
afdrukvoorbeeld

Du 9 au 11 septembre 2012 des centaines de leaders de toutes les religions, des hommes politiques et de culture des cinq continents, et des milliers de membres et sympathisants de la communauté Sant Egidio se sont donnés rendez-vous à Sarajevo, ville où a commencé et où s’est achevé le terrible XXe siècle. L’objectif de la rencontre organisée par Andrea Riccardi, fondateur de la communauté Sant Egidio et actuel ministre de la coopération et de l’intégration du gouvernement italien, était de guérir les blessures du passé dans les Balkans et de construire un nouvel art de vivre ensemble au XXIe siècle. Plus de 11 000 personnes ont péri lors du siège de Sarajevo entre 1992 et 1995. Mais depuis les accords de Dayton-Paris la Bosnie-Herzégovine, qui repose sur une fragile armature politique, n’a toujours pas fait le deuil de ses morts. Pour la première fois depuis le début du conflit l’ensemble des leaders religieux de la ville, ainsi que le patriarche serbe orthodoxe Irénée, grande première à Sarajevo depuis 1992, ont décidé de se rencontrer, d’affirmer en commun que nulle violence ne pouvait être justifiée au nom de Dieu, et de se donner publiquement le baiser de paix. On trouvera toutes les informations et photographies sur cet événement spectaculaire sur le site internet de la Communauté de Sant Egidio [1]. 

On y trouve également les comptes-rendus écrits et filmés des autres événements marquants de cette rencontre exceptionnelle : la conférence du président de l’Union européenne, Herman von Rompuy venu affirmer le soutien de l’Union européenne à tous les artisans de paix de la région ; le discours du chef du gouvernement italien Mario Monti sur l’art du vivre ensemble européen basé selon lui sur les valeurs de solidarité, de tolérance et de recherche du bien commun ; le rappel par le premier ministre de Côte d’Ivoire qu’à l’époque de la mondialisation « le malheur des uns fait aussi le malheur des autres » ; la célébration d’un office oecuménique en commun avec plusieurs dizaines de responsables catholiques, protestants et orthodoxes, dont le cardinal Roger Etchegaray, vice-doyen de la curie romaine, Olav Fykse Tveit secrétaire du Conseil oecuménique des Eglises, Mgr Chrysostome II métropolite de l’Eglise Orthodoxe de Chypre ; la signature d’un appel pour la paix devant 5000 personnes par les plus hauts représentants du christianisme, du judaïsme, de l’islam, de l’hindouisme, du bouddhisme, du shintoïsme, etc.

Les questions que je souhaite poser ici sont plus analytiques qu’informatives. Comment font-ils ? Quel est la clef du succès incontestable de la Communauté de Sant Egidio ? Mais aussi pourquoi le monde séculier contemporain croit-il si peu dans la méthode d’Andrea Riccardi et de ses amis ? Il suffit pour se convaincre de ce dernier point de constater l’absence de l’ensemble des télévisions françaises et anglo-saxonnes au rassemblement ou de lire la dépêche en langue française de l’AFP qui n’a retenu de la rencontre que « l’évidence des difficultés de réconciliation en Bosnie » [2].

Commençons par les clefs du succès. Emile Poulat, l’un des amis de longue date d’Andrea Riccardi, présent à la rencontre de Sarajevo, explique que la communauté de Sant Egidio repose sur trois P : la prière, le soutien aux pauvres, et la quête de la paix. Lors de son discours du 9 septembre Andrea Riccardi est revenu sur la dimension transfiguratrice de la prière. Il cite le cardinal Carlo Maria Martini qui définissait la prière comme une « force humble et puissante », Martin Buber pour qui le point d’Archimède de la vie était la capacité de se transformer soi-même, et Jalâl ud Dîn Rûmî  qui identifiait la prière à un travail de purification par l’homme de sa propre nature. Ce sont ces maîtres qui permirent selon Andrea Riccardi à la communauté de Sant Egidio de croître depuis 44 ans. Andrea Riccardi fait une place particulière à Saint Jean Chrysostome qui a défini non seulement le fondement mais également le commencement de toute attitude priante, à savoir le désir de « faire de la terre un ciel ». Dans la tradition chrétienne cette attitude universelle s’accompagne selon Riccardi d’une conviction – « l’amour de Dieu est plus fort que l’enfer des hommes » – et d’une méthode, la compassion, comprise de la façon suivante par le patriarche Athénagoras : « Tous les peuples sont bons et ont besoin d’amour ; s’ils sont méchants, c’est qu’ils n’ont pas connu le vrai amour ».

Cette attitude priante et confiante est donc intimement liée au désir de changer le monde, de le rendre plus juste. En 1968, alors qu’il a 18 ans et que ses amis italiens militent contre l’ordre bourgeois, Andrea Riccardi a eu l’intuition qu’il devait initier « la révolution de la révolution ». Insensible au projet de dictature du prolétariat, alors qu’il était encore lycéen, il crée une école d’alphabétisation dans les quartiers pauvres de Rome. Là il crée une communauté qui s’inspire du livre des Actes des apôtres et de l’œuvre de saint François d’Assise. Très vite, la communauté s’engage auprès des clochards et des vagabonds et leur propose des repas chauds. Elle investit l’église de Sant Egidio dans le Trastevere où la prière devient inséparable de l’enseignement. Andrea Riccardi découvre alors que ce choix dû au hasard est en réalité providentiel. En effet saint Gilles l’Ermite était un moine grec du VIIe siècle venu vivre dans le Languedoc où il protégea les plus pauvres y compris les animaux de la forêt qui venaient chercher refuge à sa grotte. Cette dimension oecuménique et protectrice des plus démunis du saint donna son ethos à la nouvelle communauté. Aujourd’hui la communauté de Sant Egidio compte plus de 50 000 membres et est présente dans 70 pays dans le monde. Partout elle œuvre auprès des plus démunis : les sans logis, les prisonniers, les immigrés, les malades, les victimes de la guerre, les handicapés, etc. Dès 1978 Jean-Paul II reconnut l’importance du travail réalisé par Sant Egidio et lui confia un nouveau lieu de culte dans le Trastevere. En 1986 le pape reconnut la communauté comme association internationale de laïcs.

La prière et l’amitié pour les pauvres conduisirent la communauté de Sant Egidio vers une nouvelle dimension de la révolution spirituelle initiée en 1968 : la médiation politique et la construction de la paix. Mais la méthode riccardienne n’est pas celle des Etats et de leurs ambassades. Elle repose là encore sur la prière et sur l’amitié. Les accords de paix du Mozambique signés à Rome le 4 octobre 1992 sont partis d’une rencontre organisée à Rome par Andrea Riccardi entre le pape Jean-Paul II et la pieuse mère de l’un des chefs rebelles africains amie de Sant Egidio. L’organisation depuis 1987 des rencontres inter-religieuses dans l’esprit d’Assise correspond également à cette « force nucléaire faible » de la diplomatie spirituelle. A l’occasion de rencontres informelles un vaste réseau international de confiance se constitue et se transforme progressivement en réseaux d’influence. Les résultats sont stupéfiants compte tenu des moyens de la communauté. Pour ne prendre qu’un seul exemple récent le 30 juillet 2012 dernier Sant Egidio fut l’instigatrice d’un accord de paix entre les combattants de Qalamoun en Syrie et le mouvement Mussalaha en faveur d’une 3e voie réconciliatrice entre l’Etat syrien et l’armée syrienne de libération. Sur la base de cet accord l’opposition renonçait à l’option militaire et libérait les personnes enlevées tandis que le gouvernement s’engageait à libérer les prisonniers non coupables de crimes de sang et à donner à la population civile la liberté de s’exprimer démocratiquement à travers manifestations et sit-in [3].

Mais venons-en à la seconde partie de ma question. Pourquoi cet esprit de Sant Egidio est-il encore si méconnu par le monde politique au-delà du Tibre ? Il faut certes rappeler le degré de reconnaissance important de Sant Egidio au Vatican et en Italie, mais aussi l’hommage appuyé à Sarajevo de Herman van Rompuy à Andrea Riccardi. Il faut signaler le travail extraordinaire réalisé en France, en particulier à Paris autour de la paroisse Notre Dame des Blancs Manteaux, par Sant Egidio grâce à l’engagement quotidien de centaines de bénévoles sous la responsabilité de Valérie Régnier. Il existe également dans plusieurs villes de France un réseau d’universitaires, de journalistes et de diplomates qui soutiennent activement depuis de nombreuses années Andrea Riccardi tels que Emile Poulat, Jean-Dominique Durand ou Pierre Morel. Et pourtant la culture française contemporaine partage un certain scepticisme à l’égard des mouvements tels que celui de Sant Egidio. Les questions posées à Andréa Riccardi par un journaliste français à Sarajevo sont assez significative de cet état d’esprit : « comment vivre ensemble après les tragédies du Rwanda ? » ; les bonnes intentions pacifiques ne masquent-elles pas sur le terrain « de réelles discriminations entre les religions ? » ; « ne peut-on pas s’interroger sur l’utilité de la présence de ces têtes d’affiche ? ».

Les réponses d’Andrea Riccardi témoignent de ce réalisme spirituel si difficile à atteindre par le monde sécularisé contemporain. Convaincu que ces questions du journaliste français sont partagées par le plus grand nombre, le ministre italien a voulu y répondre lors de son allocution inaugurale à Sarajevo. Oui, dit-il en substance, il n’est pas facile de vivre ensemble quand on est différent. Mais il s’agit de bien comprendre la source de notre unité fondamentale et la richesse de notre différence radicale. Et il faut se souvenir que l’histoire, à Sarajevo comme ailleurs, a montré que vivre ensemble dans la différence était possible. L’important selon Riccardi est que les religions, sources de cohésion les plus puissantes de l’humanité, ne se laissent pas instrumentaliser par les forces de division que sont la peur, la haine ou la jalousie. Les différences ne doivent pas être sacralisées. Les religions témoignent au contraire selon le fondateur de Sant Egidio que « seule la paix est sainte », non les identités, non les différences. « L’avenir, prévient Riccardi, va nous rendre plus proches les uns des autres géographiquement. Nous devons nous préparer à être plus proches spirituellement. Car nous sommes si différents et en même temps si semblables. Si nous réalisons cela, notre futur sera de vivre ensemble dans la paix» [4].

Certes comme il l’explique au journaliste il est bien vrai que des discriminations existent encore à Sarajevo entre les religions. Face à l’injustice et au conflit la réponse est toujours pour lui celle du soin et de la compassion. « Concernant les personnes qui disent souffrir de discriminations, je les écoute et les soutiens. » On n’accable pas celui qui est blessé. On l’aide à se relever. Mais il ne s’arrête pas à ce niveau de la réalité, il cherche à voir plus profond. Changer la réalité consiste pour l’historien italien à considérer les choses dans leur dynamique, à se réjouir des progrès, à considérer le meilleur chez autrui, à stimuler un processus d’émulation réciproque en faveur de la paix. C’est pourquoi il commence par rappeler l’essentiel : « Il est important que catholiques et orthodoxes soient unis ici pour éviter les risques d’homogénéisation de la population. De ce point de vue, la venue pour notre rassemblement de Irinej, le patriarche de l’Église orthodoxe serbe, a été un geste fort ».

J’ai été frappé par la dernière réponse d’Andrea Riccardi au journaliste français. On sent chez lui une impatience, le vif désir que la sphère médiatique occidentale, à l’image des reporters d’espoir en France, redécouvre la réalité comme un espace inachevé en attente de créativité humaine. A la question certes provocante sur « l’utilité des têtes d’affiches à Sarajevo », Riccardi hausse le ton :

« Cela, je l’ai entendu des milliers de fois… Et je réponds : quel est le résultat de la prière ? Nul peut-être, mais que serait le monde sans la prière ? Le patriarche Athénagoras disait que la prière protège secrètement le monde. Il en va de même pour le dialogue. Nos rencontres ne sont pas des vitrines, elles constituent des avancées. Ceux qui disent qu’elles sont des vitrines sont des pessimistes, de petits esprits, incapables de vision. La vision, c’est déjà une garantie pour le futur. »

La méthode Riccardi en définitive c’est de croire que le mal est transitoire. L’Apocalypse ne promet-elle pas à l’humanité un royaume de mille ans sur la terre capable de l’emporter sur toutes les logiques de défiance et de division ? Andrea Riccardi rejoint ici tous les alter-mondialistes de la planète qui croient eux aussi qu’un autre monde est possible. Cette vision et cette espérance introduisent des comportements très particuliers, inhabituels pour une intelligence cartésienne. Dans la logique de l’Esprit on prend des risques sans cesse et on doit faire preuve de sang froid. Le mardi 11 septembre 2012 à quelques heures de la célébration finale pour la paix réunissant plusieurs centaines de chefs religions des cinq continents la présentatrice de la soirée n’était toujours pas désignée. A quelques minutes de la célébration œcuménique sur le parvis de la cathédrale catholique les participants catholiques et protestants ne savaient pas comment allait se dérouler la prière des orthodoxes. A quelques secondes du début de la célébration inter religieuse alors que le ciel grondait, les organisateurs n’avaient pas de plan B en cas d’orage. Il y a là une sagesse, une confiance et une expérience rafraîchissantes.

Andrea Riccardi a accepté de présider en 2012-2014 la Chaire des Bernardins. Ce sera l’occasion pour lui et pour ses amis de Sant Egidio de partager leur vision, leur méthode et leur expérience.

———————————————————————-

[1] http://www.santegidio.org/index.php?langID=fr

[2] http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iHIqQJO2YGJk9sXs6gdA7g-Il_eA?docId=CNG.6d45a21c6ac81ccc71e77fdc0d7181ea.d81

[3] Roberto Morozzo della Rocca (sous la dir. de), L’art de la paix. La communauté de Sant Egidio sur la scène internationale, Paris, Salvatore, 2012.

[4] http://www.santegidio.org/pageID/2460/langID/en/text/483/Speech_of_Andrea_Riccardi__Opening_Assembly.html


 LEES OOK
• NIEUWS
22 December 2017
ROME, ITALIË

Andrea Riccardi op audiëntie bij paus Franciscus: humanitaire corridors en vrede zijn gespreksonderwerpen

IT | ES | DE | FR | PT | CA | NL | ID
14 December 2017
ROME, ITALIË

Bezoek de kerststal van Sant'Egidio: Jezus wordt ontvangen door armen, zieken, door wie geen huis heeft en door mensen van elk geloof

IT | ES | DE | FR | CA | NL
11 Oktober 2017
HAVANNA, CUBA

De religies komen bij elkaar in Havana om wegen van vrede te openen op Cuba.

IT | EN | ES | DE | NL | ID
9 Oktober 2017
ROME, ITALIË

Dialoog tussen religies en inzet voor vluchtelingen in gesprekken met de minister van Buitenlandse Zaken van Indonesië bij Sant'Egidio

IT | EN | NL | ID
29 September 2017

Zondag van het Woord, feest dat Bijbel centraal stelt. Video-opname van de introductie door Andrea Riccardi

IT | EN | ES | DE | CA | NL
13 September 2017
OSNABRÜCK, DUITSLAND

De integrale video van de slotceremonie van Wegen van Vrede 2017

IT | EN | ES | FR | NL
al het nieuws
• RELEASE
11 Februari 2019
Vatican Insider

Riccardi: tra Italia e Vaticano c’è freddezza ma non rottura

25 Februari 2018
kathpress

Kardinal Marx fordert mehr Engagement für Einheit der Menschen

25 Februari 2018
Domradio.de

"Gräben zuschütten"

25 Februari 2018

„Gräben zuschütten, Spaltungen überwinden“

24 Februari 2018
Domradio.de

Im Dienst der karitativen Arbeit

23 Februari 2018
Domradio.de

"Wir können Frieden organisieren wie andere den Krieg"

alle persberichten
• DOCUMENTEN

Non muri ma ponti: il messaggio di Andrea Riccardi al 4° congresso di 'Insieme per l'Europa'

Andrea Riccardi - Oriente e Occidente - Dialoghi di civiltà

Walter Kasper

Laudatio per il prof. Andrea Riccardi in occasione del conferimento del Premio Umanesimo 2016 a Berlino

Medì 2016: PROGRAMMA

Medì 2016: I RELATORI

alle documenten