change language
vous êtes dans: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - munich 2011 newslettercontactslink

Soutenez la Communauté

  

Les arrivées des premiers couloirs humanitaires 2018 en Italie. La nouvelle phase du projet, devenu un modèle d'accueil et d'intégration pour l'Europe

"PAIX SUR TOUTES LES TERRES" : 1er janvier, une marche pour un monde qui sache accueillir et intégrer

Le premier jour de l'année nouvelle, manifestations sur tous les continents pour soutenir le message du pape François

De l'Indonésie au Salvador, de l'Allemagne au Mozambique, voici les nouvelles galeries d'images des repas de Noël de Sant'Egidio dans le monde

Des photos continuent d'affluer de tous les continents, regardez-les sur notre carte interactive!

Galerie de photos et vidéos du repas de Noël à Santa Maria in Trastevere

Visite virtuelle de la crèche de Sant'Egidio : Jésus accueilli par les pauvres, les malades, les sans logis et les hommes de toutes confessions

Sant'Egidio et la Muhammadiyah signent à Djakarta un nouvel accord pour la paix et le dialogue interreligieux

une délégation de la Communauté menée par Marco Impagliazzo se trouve en Indonésie

Sant'Egidio au conseil de sécurité de l'ONU pour un point sur la République centrafricaine

Mauro Garofalo : "Le succès de ce premier désarmement garantit la crédibilité de l'ensemble du processus en actes"

Donner à manger aux personnes âgées au Mozambique : distribuitions d'aides alimentaires aux plus pauvres dans la ville de Beira

Aidons les réfugiés rohingyas au Bangladesh

La Communauté de Sant’Egidio lance une collecte de fonds pour envoyer des aides dans les camps de réfugiés au Bangladesh, en collaboration avec l’Eglise locale

Tous les textes de la rencontre #Pathsofpeace

L'assemblée d'inauguration de la rencontre internationale Chemins de Paix

Chemins de 2017 : tout sur la rencontre internationale des religions du monde pour la paix

Le programme, les intervenants et les événements en direct streaming

Global friendship, #MoreYouthMorePeace : le message et l’engagement des Jeunes pour la paix à Barcelone

rendez-vous l’année prochaine à Rome !

 
version imprimable
13 Septembre 2011 11:00 | Camp de concentration de Dachau

Official Ceremony at the Dachau Concentration Camp Memorial Site - Max Mannheimer



Max Mannheimer


Testimone, Comitato Internazionale di Dachau, Germania

Mesdames, Messieurs,
Chers participants à la rencontre de Munich


Je venais d’avoir 23 ans quand je suis arrivé à Auschwitz. Ensuite j’ai été envoyé à Varsovie puis à Dachau (Mühldorf).
À cette époque, tout autour de moi n’était que menace, violence, brutalité, destruction et mort. Les lois qui servent à distinguer le bien du mal n’existaient plus. Mais entre les prisonniers, il y avait, dans ce monde inhumain, des petits signes d’espoir….
Des restes d’humanité, une soupe, un pain que l’on partage, une veste chaude que l’on donne en échange d’un vêtement moins chaud, des mots réconfortants, un petit service que l’on rend. Ce ne sont pas de grandes actions héroïques et pourtant elles étaient très risquées.
Ces signes d’attention et ces marques de solidarité pouvaient parfois représenter une aide pour la survie psychique, c’étaient des signes qui venaient d’un autre monde.
À Auschwitz, je pouvais encore prier et m’adresser à Dieu comme je l’avais appris et fait à la maison.

En 1945, les prisonniers des camps ont été libérés, libérés de leur prison … mais étions-nous vraiment libérés ?
L’image de l’homme, l’image de Dieu, les relations entre le bien et le mal, la représentation de la société humaine, tout était brouillé, cassé, détruit.

Nous étions une famille juive normale, sans histoire dans une petite ville paisible de Moravie.
Nous n’avions rien à nous reprocher, nous ne nous étions pas opposés à l’autorité et n’avions pas rebellé contre l’État et les lois. Nous étions purement et simplement des victimes parce que nous appartenions à la confession juive.

Six des membres de ma famille proche ont été assassinés à Auschwitz, parce qu’on leur a refusé le droit d’exister. Et pourtant je n’ai pas de haine ni de désir de vengeance.
S’il en avait été ainsi, je n’aurais pas pu, je n’aurais pas eu le droit de revenir dans le pays des bourreaux.
La volonté de réconciliation s’installe presque de soi quand on envisage l’avenir d’une manière responsable, quand on veut s’engager pour une vie de paix entre les hommes.
C’est pourquoi je souligne toujours que je ne suis pas ici pour accuser mais pour témoigner.
Et aujourd’hui ? Est-ce que nous ne classons pas de nouveau les hommes en races et en appartenances à un groupe, à une ethnie ? Est-ce que nous ne nous démarquons pas des cultures et des traditions étrangères ? Est ce que nous ne portons pas souvent  un jugement sur une appartenance religieuse, sans connaître la religion dont il s’agit.
Comment nous comportons nous avec ceux qui ne partagent pas nos opinions, avec ceux qui ont une autre couleur de peau ? Mon séjour dans les camps m’a appris à dépasser ces barrières.
Personne ne naît raciste ou antisémite. Le mal n’est pas une catastrophe naturelle mais une production de l’homme.
Chacun de nous peut décider librement de faire le bien ou de faire le mal.
 
Je suis sur la route depuis plus de 25 ans pour faire sentir aux jeunes générations la puissance destructive de la dictature, pour les encourager à s’engager pour la démocratie, pour leur donner confiance.
L’éducation à la valeur de l’homme et au respect mutuel pour la vie dans une société qui accueille des minorités se fait dans la famille et à l’école.
Je voudrais donner un conseil aux jeunes générations : ne détournez pas votre regard quand les autres détournent leur regard. Montrez-vous courageux, quand il s’agit de sauvegarder le droit et la dignité de tout être humain.
Vous n’êtes pas responsables de ce qui s’est passé autrefois.
Mais vous êtes responsable de ce que cela ne se reproduise plus; de cela, oui, vous êtes responsables.
Quant à moi, j’ai trouvé ma libération dans la foi dans la bonté de l’homme et dans la recherche de Dieu.   


{PROGRAMMA_BOX_PP}

NOUVELLES EN RELATION
24 Janvier 2018
ROME, ITALIE

"La puissance de l'Eglise de Jésus est une force désarmée qui arrête le mal."


Prédication du pasteur Paolo Ricca pour la Semaine de Prière pour l'Unité des Chrétiens
IT | FR | HU
18 Octobre 2017

Un mois après la rencontre des religions à Münster, les Chemins de paix ont traversé quatre continents


Sur la photo, l'événement à Blantyre, Malawi. Voir les photos et vidéos des autres rencontres
IT | ES | DE | FR | RU
26 Septembre 2017
ABIDJAN, CÔTE-D'IVOIRE

Prière pour la paix en Côte d’Ivoire : la rencontre interreligieuse #PathsofPeace mise en œuvre par Sant’Egidio à Abidjan

IT | FR | HU
22 Septembre 2017
MÜNSTER, ALLEMAGNE

Tous les textes de la rencontre #Pathsofpeace

IT | EN | ES | FR | CA
15 Septembre 2017
MÜNSTER, ALLEMAGNE

En vidéo, les interventions de la table ronde "Faire la paix" à la rencontre internationale #PathsofPeace

IT | FR
14 Septembre 2017

Aux racines du terrorisme. VIDEO


#Pathsofpeace
IT | EN | FR
toutes les nouvelles connexes